INFOSELEC.net, le best-of de l'information sélectionné sur le Net
Flux RSS Nouveautés (RSS)

Vous êtes ici : Pépites du Net > Anecdotes > Hypocrisie des élites

Anecdotes révélatrices de l'hypocrisie bien-pensante des élites médiatiques, intellectuelles, culturelles et artistiques

Sélection d'anecdotes et autres perles du Net sur l'hypocrisie des élites de notre société : hommes politiques, grands commis de l'état, élites culturelles et artistiques, ...

Ces anecdotes - parfois brutes de décoffrage, correspondant souvent à des lapsus révélateurs démasquant des pensées secrètes que leurs auteurs auraient préféré garder cachées - ont les défauts de leurs qualités : elles révèlent une grande part d'authenticité et montrent des évènements de la vie réelle ; mais ces informations ne sont généralement pas passées au crible de l'analyse et de la mise en perspective dans leur contexte, comme le ferait un journaliste talentueux.

Bonne conscience, attitudes factices, politiquement correct et bien-pensance des élites

Hypocrisie et snobisme autour de l'art contemporain : technique d'un ministre de la culture pour visiter avec brio une exposition

On a entendu Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de la culture (1995-1997), théoriser tout haut sa technique pour visiter une exposition d'art contemporain : "Passer les trois premières oeuvres... Ralentir à la quatrième... S'arrêter longuement à la cinquième et la déclarer très profonde. Ça marche très bien !"

Source : Philippe Douste-Blazy, "Mister Bluff" au Quai d'Orsay, Le Monde - 27 avril 2006 - Raphaëlle Bacqué

...plus de vidéos sur les déclarations et attitudes hypocrites de la classe politique

Le politiquement correct poussé à l'absurde : Martin Hirsch faux-cul et ridicule sur la question de l'intégration



analyse Martin Hirsh a déclaré : "L'intégration, c'est quand des catholiques appelleront leur enfant Mohamed". Pour lui, l'intégration, c'est comme le colonialisme extrême, c'est quand ceux qui habitent sur un territoire doivent s'accoutumer et adapter leur mode de vie à ceux qui viennent immigrer sur ce territoire ! Précisons que Martin Hirsch a nommé ses enfants Raphaëlle, Mathilde et Juliette, illustrant à merveille la phrase favorite des politiciens de toutes époques : "faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais !"

Les fausses solidarités de moralisateurs et donneurs de leçons : solidaire, oui, mais avec l'argent des autres !

Louis Schweitzer, pauvre riche discriminé ?

Marianne - 3 septembre 2010 - Philippe Cohen
Marianne publie des révélations sur la gestion de la Halde sous la présidence de Louis Schweitzer. Marianne2 a retrouvé un dialogue savoureux entre l'ex-patron de Renault et le Haut Commissaire Martin Hirsch, rapporté par ce dernier dans son nouveau livre Secret de fabrication : Pourquoi les ultra-riches sont-ils radins ? :
"Début 2007 je me rendais avec un de nos grands dirigeants d'entreprise à un débat, dans lequel j'intervenais comme président d'Emmaüs. Je luis fais part de mes activités et il manifeste un très fort intérêt pour la petite association que je viens de créer, l'Agence nouvelle des solidarités actives. Je lui explique que je ne souhaite pas dépendre uniquement du financement de l'Etat, et que je voudrais qu'un tiers du financement vienne des collectivités locales qui ont intérêt à renouveler leur politiques sociales, et un tiers du secteur privé, entreprises ou donateurs. Devant ses signes d'intérêts, qui m'ont l'air sincère, je m'attends à ce qu'il me propose de m'aider. Rien pendant le trajet aller de Paris à Saint-Etienne qui dure 3 heures. Je compte sur le retour sans oser aborder la question frontalement. Quand je vois passer Le Creusot, je me dis qu'il ne me reste plus qu'une heure et j'y vais :
- Je me suis toujours demandé pourquoi ceux qui ont de l'argent donnent si peu aux causes qu'ils trouvent intéressantes, suggérai-je avec légèreté...
- Eh bien figurez-vous que moi aussi, me répond-il.
- Ah ?
- Oui, il se trouve que j'ai vu mes revenus très largement augmenter (je le sais car j'ai lu dans Challenges qu'il avait gagné sept millions d'euros l'année précédente) et je me suis demandé pourquoi je ne donnais pas plus.
- Et pourquoi ?
- Eh bien, cher ami, je vais vous expliquer quelque chose. Les biens qui nous intéressent augmentent encore plus vite. Drouot, cela augmente, les montres de collection, cela prend de la valeur, l'immobilier aussi. En fait, on ne s'en rend pas compte quand on y est pas confonté, mais les biens qui intéressent les gens fortunés connaissent une forte inflation.
J'en suis resté coi. [...] Quel contraste avec benoît Genuini, ancien président d'Accenture qui, à 52 ans, avait décidé de se consacrer à la philanthropie et de donner, outre de l'argent, tout son temps à des causes sociales !
Après la loi TEPA, j'ai écrit à mon industriel. Je rappelais les dispositions fiscales de la loi, qui changeaient la donne pour les plus hauts revenus. J'évoquais tous ceux qui disaient qu'ils ne pouvaient pas être généreux spontanément parce que l'Etat les obligeait, auparavant, à être généreux fiscalement, et je lui rappelais son intérêt pour les projets d'expérimentation sociale. Je lui suggérais que si lui-même donnait symboliquement l'exemple, il ne manquerait pas 'entraîner dans son sillage, compte-tenu de son aura, de nombreux donateurs, et que cela permettrait de montrer que l'on peut être patron et investir personnellement dans des projets sociaux. Je n'eus jamais de réponse. Je le croisais quelques mois plus tard lors des voeux du Président de la République. Il me salua très courtoisement et j'osai surmonter ma timidité : "Je vous ai écrit il y a quelques mois..." "Absolument. J'ai bien reçu votre lettre et elle m'a plongé dans la plus grande perplexité. J'avoue que je ne sais pas quoi vous répondre." Il ne m'a jamais répondu, nous nous sommes revus régulièrement et nous n'en avons plus jamais parlé."
Bien sûr, officiellement, Martin Hirsch ne reconnaîtra jamais que ce passage raconte un entretien avec Louis Schweitzer. Le chiffre délivré sur le revenu de Schweitzer est d'ailleurs faux : en 2006, ce dernier a gagné non pas 7 mais 12 millions d'euros selon le hit-parade des salaires de dirigeants établi par Challenges. Mais en même temps, comme l'ex-Haut commissaire se permet de le glisser dans des dîners parisiens, pourquoi ne pas faire connaître ce témoignage, qui est un excellent reflet de l'évolution d'une gauche caviardissime. Dont le slogan pourrait être : halde à la discrimination contre les riches !

analyse Précisons que si les chantres de la solidarité sont souvent les rois de l'hypocrisie, comme Louis Schweitzer, ancien président de la Halde, des personnes plus discrètes se montrent beaucoup plus généreuses : l'Eglise de France, par exemple, avec ses dizaines de milliers de salariés (prêtres, laïcs, ...) ne vit que des dons des fidèles.

Des révélations tardives lèvent parfois le voile sur leurs hypocrisies et leurs tabous

Jacques Delors : "Les générations précédentes ont vécu sans se préoccuper des jeunes"

Vidéo de l'ancien président de la Commission européenne Jacques Delors, invité de l'émission "Internationales", sur TV5, dont "Le Monde" est partenaire

Source : LEMONDE.FR | 27.04.09


Copyright INFOSELEC.net 2012,
tous droits réservés
Plan du site Contact Valid XHTML 1.0 Strict, excepté sigles, bannières et vidéos CSS Valide !