INFOSELEC.net, des briques d'information sélectionnées sur le Net
Flux RSS Nouveautés (RSS)

Vous êtes ici : Infos > Politique > Arrogance française

L'arrogance politique de la France en politique étrangère et dans ses relations internationales

Sélection d'extraits d'articles de presse sur la politique française vue de l'étranger :

L'absence de maîtrise et de contrôle de l'image déplorable de la politique de la France dans le monde est patente. La France est aussi souvent admirée pour ses positions, mais ce sujet est trop consensuel pour qu'il soit besoin de l'aborder ici.

La voix de la France, "donneur de leçons", jugée arrogante à l'étranger

Dans la presse mexicaine, Sarkozy et son attitude «colonialiste»

Libération - 9 mars 2009 - François Meurisse
Mais les écrits les plus durs sont pour les Français et leur président Nicolas Sarkozy. Les premiers pensent que le Mexique est «une république bananière», un «pays du Tiers-monde» sans justice. Et le second risque d’accorder, selon La Crónica de Hoy, «une grâce populiste» à Florence Cassez pour restaurer une popularité «qui monte et descend comme la température d’un adolescent face à une affiche d’une femme nue sur les Champs-Elysées».
La Jornada dénonce un gouvernement français qui n’a de cesse de «s’ériger en défenseur de ses concitoyens qui ont enfreint la loi hors de leurs frontières». Et de rappeler le précédent de l’Arche de Zoé et «l’intervention de Sarkozy devant les autorités tchadiennes. […] Une attitude qui témoigne de l’esprit interventionniste et même colonialiste des actuels occupants du Palais de l’Elysée».

Paris s'engage pour les cyber-dissidents

Le Figaro - 8 juillet 2010 - AFP
La France et les Pays-Bas ont appelé aujourd'hui à la défense de la liberté d'expression sur internet, et singulièrement des cyber-dissidents, en demandant aux entreprises spécialistes du filtrage et du brouillage de cesser d'aider des pays répressifs à museler leurs citoyens. "Nous devons soutenir les cyber-dissidents comme nous avons soutenu les dissidents politiques", a déclaré à quelques journalistes le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner, peu après l'ouverture à Paris de la première session d'un "groupe-pilote" formé de pays, d'entreprises et d'ONG, chargé de définir un cadre pour la liberté d'expression sur Internet.
analyseL'intention est louable... Mais la France est-elle pour une liberté d'expression totale sur Internet ? Sans aucune restriction ? Si oui, un certain nombre de lois doivent d'abord être abrogées en France. Si non, qui est légitime au niveau international pour définir ce qui peut être exprimé, et ce qui ne le doit pas ?

Une position franchouillarde, présomptueuse ou en décalage par rapport à la réalité du monde, sur certains sujets internationaux

L'idée d'une «taxe Google» suscite l'ironie à l'étranger

Le Figaro - 8 janvier 2010 - Samuel Laurent
Pour le quotidien conservateur américain «New York Post», «les vautours français de la culture veulent taxer les entreprises Internet». La presse anglo-saxonne oscille entre scepticisme et amusement devant l'idée de la commission Zelnik de taxer les revenus publicitaires sur le Net. En France, les spécialistes jugent la chose infaisable en pratique.
Nombre de médias étrangers profitent de cette affaire pour rappeler les liens entre Nicolas Sarkozy et l'industrie culturelle.[...] «Peu de leaders mondiaux sont aussi agressifs dans la protection du copyright que Nicolas Sarkozy», poursuit l'article, qui ne manque pas de rappeler que le chef d'Etat français a « des liens proches avec les milieux culturels et de la musique, dont le plus proche n'est autre que son épouse ». Le Daily Telegraph va plus loin : «Ceci (le fait que Carla Sarkozy soit concernée au premier chef, NDLR) pourrait expliquer pourquoi le producteur de la Première dame française, Patrick Zelnik, a été chargé de diriger la commission à l'origine de la proposition».

Selon une lettre de Rama Yade à Sakineh, la France est "responsable" de son sort

Le Point - 8 septembre 2010 - AFP
La secrétaire d'État aux Sports, Rama Yade, a écrit à l'Iranienne Sakineh Mohammadi-Ashtiani, condamnée à mort par lapidation, que la France s'était portée "responsable" de son sort, dans une lettre transmise mercredi par le site de la revue de Bernard-Henri Lévy, La Règle du jeu. "[...] Le Président de la République a fait de votre sort une affaire personnelle : la France, par sa voix, s'est portée responsable de Sakineh Mohammadi Ashtiani, et dénonce vigoureusement le recours à la peine de mort dont la persistance, à l'aube du troisième millénaire, est un lugubre archaïsme. Comme le sort moyenâgeux fait aux femmes dans votre système judiciaire", a écrit Rama Yade. [...] Cette mère de famille iranienne de 43 ans a été condamnée en 2006, selon les autorités iraniennes, à 10 ans de prison pour avoir participé au meurtre de son mari avec l'un de ses amants, et à la lapidation pour plusieurs adultères.
analyseAu-delà de ce fait divers dramatique où elle se donne bonne conscience à moindres frais, rappelons au passage que Rama Yade assène une contre-vérité historique : les femmes adultères n'ont jamais été condamnées à la lapidation au Moyen-Age en France : le terme "moyennageux" est donc tout à fait inapproprié en cette circonstance

Le destin médiatique contrasté des hommes et des femmes politiques français à l'international

Le show réussi de Christine Lagarde : Notre ministre de l'Economie a fait sensation dans une émission américaine

Gala - 29 avril 2009 - Pierre Bowles
Peu d’hommes politiques français s’imposent sur les plateaux de télévision américains. Christine Lagarde a fait merveille dans le show humoristique le plus risqué et difficile, celui de Jon Stewar, donnant une image nouvelle, plaisante, efficace et… inattendue de la France.

La presse étrangère raille "Sarko junior" et la "république bananière française"

Le Monde - 12 octobre 2009 - Audrey Fournier
La probable élection du fils de Nicolas Sarkozy à la tête de l'EPAD ne laisse pas indifférent au-delà des frontières françaises. Et les plumes des journalistes étrangers sont parfois plus qu'acerbes.[...] Le quotidien The Guardian n'hésite pas à évoquer "un nouveau cas de népotisme" et laisse entendre que Jean Sarkozy a bel et bien bénéficié d'un traitement de faveur.[...]
Le Times de Londres est à peine moins tendre. Le quotidien britannique évoque "l'embarras" au sein de la classe politique dirigeante [...]. Pis, le journaliste rappelle que contrairement à son père qui "s'est frayé son propre chemin en se présentant aux élections locales", Jean Sarkozy a quant à lui très largement bénéficié du réseau du président pour asseoir sa position dans les instances des Hauts-de-Seine. L'auteur enfonce un peu plus le clou en tançant le look de "golden boy" du jeune héritier.
L'affaire est reprise sur le blog de Charles Bremner, correspondant du Times à Paris, qui fustige la "république bananière" en voie d'instauration en France. Bremner ne mâche pas ses mots : il lie dans un seul billet l'affaire Clearstream, le scandale autour du livre de Frédéric Mitterrand, La Mauvaise Vie, et la nomination de "Sarko Junior" à un poste-clé de "Sarkoland". Il en profite pour préciser au passage que le jeune homme de 23 ans redouble actuellement sa deuxième année de droit. Moins virulent, The Independent mentionne rapidement la nomination du fils du président de la République au détour d'un article sur la controverse autour des écrits de Frédéric Mitterrand.
En Europe, le quotidien italien Corriere della Sera consacre un papier particulièrement acerbe à l'ascension de "Sarkozy II". Le journaliste rappelle que l'EPAD est un tremplin pour accéder à la présidence du Conseil général des Hauts-de-Seine. Il n'hésite pas à qualifier la France de "république monarchique" et à évoquer "la succession du trône". Selon lui, une candidature de Jean Sarkozy à la présidentielle de 2017 n'est pas exclue. Le quotidien roumain Cotidianul s'est emparé de l'affaire tout en gardant un ton plutôt mesuré, là aussi à l'occasion d'un article sur l'affaire Frédéric Mitterrand. L'hebdomadaire flamand Knack parle lui aussi de népotisme et fustige un poste obtenu uniquement grâce à "papa". L'affaire fait même jaser jusqu'en Asie : le quotiden Express India et le site d'actualité indonésien Surya rapportent la polémique et dénoncent le népotisme français.

Les médias étrangers indignés par l'affaire Jean Sarkozy

Le Figaro - 12 octobre 2009 - Samuel Laurent
La presse et les internautes du monde entier jugent sévèrement la possible nomination du fils de Nicolas Sarkozy à la tête de La Défense à Paris, stigmatisant le «népotisme français». […] L'affaire rebondit jusqu'en Inde, où l'Express India note que Nicolas Sarkozy a «été critiqué» pour «gérer en famille» ses affaires. Le site DNA y consacre même un édito sur les dynasties politiques, notant que cette notion familière à l'Inde «se porte bien dans le monde et devient commune même dans les soit-disant méritocratiques démocraties occidentales». On parle de Jean Sarkozy jusqu'en Australie, où The Australian reprend un article du Times de Londres.[...] L'affaire fait également jaser en Chine, où la télévision nationale lui a consacré un sujet.

La polémique autour de Frédéric Mitterrand : "une affaire très française"

Le Monde - 8 octobre 2009 - Le Monde.fr
Victime collatérale de l'affaire Polanski ou scandaleux "pédophile" ? Le cas Mitterrand agitait [...] presque autant les médias étrangers que la presse française. Comme on pouvait s'y attendre, les journaux britanniques ont été les premiers à dégainer. L'article de la BBC consacré aux déboires politico-médiatiques du ministre de la culture fait partie des plus consultés de la journée.
Plus subtil qu'El Mundo qui parle du "ministre pédophile de Sarko", le correspondant du Times à Paris s'est fendu d'une longue analyse sur cette"affaire très française". "Frédo, comme on l'appelle, est victime d'un méchant retour de bâton", écrit Charles Bremmer. "Si un ministre confessait avoir fréquenté des prostituées par le passé, peu de gens en France s'en offusquerait. C'est la suspicion de pédophilie qui fait toute la différence", écrit-il. Mais contrairement à ce qu'affirme le Daily Mail à propos du goût prononcé du ministre pour "les jeunes garçons", Frédéric Mitterrand a assuré qu'il n'avait jamais fréquenté de mineurs.
Si pour l'instant Frédéric Mitterrand est soutenu par Nicolas Sarkozy, l'affaire pourrait tout de même lui coûter cher. Le gouvernement se retranche sur la défense de la vie privée, mais, poursuit Charles Bremmer, "l'argument ne passe pas" : "Le mal est fait. Les Français savent désormais que le détenteur d'un des plus prestigieux portefeuilles ministériels est un adepte autoproclamé du tourisme sexuel."
[...] Pourtant, rappelle le Daily Telegraph, l'arrivée du neveu de François Mitterrand au gouvernement a été perçue comme une "belle prise" par la droite française. D'après le quotidien, "le ministre vient d'une grande famille socialiste et il reste très populaire auprès de l'establishment culturel de gauche". L'affaire est d'autant plus "embarrassante" pour le chef de l'Etat, que son épouse Carla Bruni aurait activement milité pour la nomination de Frédéric Mitterrand au ministère de la culture, note The Independent.

Pour en savoir plus

Vous trouverez dans les Pépites Infoselec une liste de citations connues applicables à la politique.

Pour chaque extrait, le lien vers l'article complet est disponible en cliquant sur son titre.
La liste des sujets abordés n'est pas exhaustive, la sélection d'articles est progressivement enrichie et affinée. N'hésitez pas à nous contacter.

Copyright INFOSELEC.net 2012,
tous droits réservés
Plan du site Contact Valid XHTML 1.0 Strict, excepté boutons CSS Valide !